La solidarité affiche ses nouvelles tendances sur le web

La période des fêtes est souvent l’occasion pour chacun d’entre nous de faire son petit geste annuel et solidaire. Les occasions de s’engager sont nombreuses à cette époque de l’année et la journée internationale de la solidarité humaine célébrée le 20 décembre est peut être l’opportunité de repenser nos façons de concevoir, vivre et développer la solidarité. D’ailleurs, cette fin d’année 2013 nous donne beaucoup à penser : les révolutions technologiques et numériques avec l’importance des réseaux en ligne ont permis un gros dépoussiérage des cadres traditionnels de la solidarité. C’est donc à l’occasion de cette journée internationale que Zèbre Solidaire vous propose de faire le tour des nouvelles tendances du web solidaire.

#1. Le Crowdsourcing : Créativité et savoir-faire à plusieurs

Le principe est simple : Faire appel à un grand nombre de personnes pour qu’elles partagent leurs connaissances, leur créativité et leur savoir-faire et qu’elles participent à la création d’un contenu, d’un produit, ou au développement d’un service, tâche traditionnellement effectuée par un employé ou un entrepreneur. Wikipedia, “le projet d’encyclopédie libre que vous pouvez améliorer” reste encore aujourd’hui un des meilleurs exemples du domaine du crowdsourcing, tous les articles étant crées et édités bénévolement par des contributeurs anonymes.

Innocentive est une autre plateforme de crowdsourcing développée en 2001 pour mettre en relation des innovateurs ou “problem solvers” désirant répondre aux défis économiques, technologiques ou sociaux des clients ou demandeurs, qui sont généralement des entreprises. D’autres plateformes de crowdsourcing se sont développées récemment. Citons entre autres Ushahidi qui se spécialise dans la cartographie sociale et Quirky, une plateforme ouverte offrant la possibilité à chacun d’entre nous de soumettre une idée et de participer au processus de décision et de création d’un produit. Les idées retenues devenues produits sont ensuite vendus sur le site internet.

La collaboration à la source des bonnes idées et innovations : c’est l’apologie du crowdsourcing en vidéo

#2. Crowdfunding : la finance participative

Les entreprises ne sont plus les seules à profiter de ces partages de compétences en ligne. L’internaute a désormais lui aussi les moyens de mener ses projets à bien en mobilisant une communauté et son réseau à travers les plateformes de  crowdfunding, ou financement participatif.  En court-circuitant les systèmes bancaires traditionnels de prêt, ces plateformes donnent la priorité à l’action et à la créativité citoyenne. La création de Kickstarter, plateforme aujourd’hui la plus importante, a donné naissance à de nombreuses autres plateformes dont certaines ont décidé de s’orienter vers le financement de projets en économie sociale et solidaire ou entrepreneuriat social, donnant alors la priorité à leur impact social et environnemental. C’est le challenge que souhaite relever Projektae avec le lancement prochain de sa plateforme de financement participatif INKOSO. Cet outil collaboratif, pensé autour de la solidarité et de la coopération, permettra aux porteurs de projets et acteurs de changement – entrepreneurs et innovateurs sociaux – de mobiliser une communauté autour de leur initiative et de lever les fonds nécessaires pour transformer leur idée en action concrète.

#3. Les espaces de travail collaboratif : cotravailler, réseauter, partager, créer

Le coworking ou cotravail se veut être une nouvelle forme d’organisation de travail qui ne s’arrête pas au simple partage des bureaux et de la facture internet. Ces nouveaux espaces de travail où se rassemblent essentiellement des travailleurs autonomes, des entrepreneurs, des startups ou des PME se présentent comme des espaces innovants où règne une énergie créative et une véritable dynamique de travail. Parmi les nombreux avantages du coworking, les coûts flexibles de la location en fonction des besoins et l’accès à un espace de travail clé en main, incluant souvent le mobilier, la connexion internet, une cuisine, un accès à des salles de réunion ou à un service de poste… Les espaces de coworking à Montréal sont nombreux et l’offre continue d’augmenter. Entre autres, on recense des espaces comme Nexus, Station C, Espace 360, la Maison Notman, ou la coop ECTO qui, en tant que coopérative de solidarité, permet à chacun de ses membres d’avoir son mot à dire sur l’organisation de l’espace de travail mais également d’investir financièrement avec l’acquisition de parts privilégiées.

Regardez cette courte animation sur le cotravail et ses nombreux avantages.

#4. L’économie collaborative : Je te donne, tu me prêtes, on échange

Portée par l’évolution des technologies numériques et des réseaux sociaux, l’économie collaborative est un concept récent qui s’est considérablement développé au cours des dernières années et qui recouvre des réalités multiples et variées : Partage, prêt, location ou échange de biens, services ou connaissances, les initiatives se déclinent sous tous les angles ! Divers et variés soient-ils, tous ces nouveaux modes de consommation sont basés sur un principe unique, celui selon lequel l’économie collaborative se veut être une économie du consommateur au consommateur (C2C) qui met en avant l’accès à un réseau et non plus à un marché. En matière de transport, ce sont les initiatives de covoiturage ou d’auto-partage qui ont la côte à Montréal avec en tête Car2Go, le dernier né des services d’autopartage urbain. Dans le domaine du tourisme, il est devenu plus excitant de loger chez l’habitant via airbnb, wimdu, couchsurfing, ou tripping, ou encore via des sites permettant le “troc de maison”. À cela s’ajoutent les nombreux sites pour le troc de vêtements (Swap Team) et autres objets, la location ou le partage de matériel de jardin, de cuisine, ou d’appareils ménagers. Enfin, à Montréal, E-180 s’est imposée comme la plateforme de jumelage qui vous permet de troquer vos connaissances le temps d’un café, d’une bière ou d’un souper avec une personne qui partage vos intérêts.

Une autre petite animation vous rappelant simplement que “votre maman vous a toujours appris à partager » :

#5. Bénévolat en ligne : la flexibilité pour les zèbres solidaires pressés et occupés

Enfin, le bénévolat, pratique des plus traditionnelles en matière de solidarité, s’est également refait une beauté grâce aux technologies numériques et médias sociaux. Être bénévole aujourd’hui peut aussi se faire depuis son chez soi, dans son canapé, avec son ordinateur et son café ! C’est en 2000 que les Nations Unies ont lancé leur plateforme de bénévolat en ligne qui a permis à de nombreuses personnes désirant s’engager de passer outre les obstacles et contraintes de temps et/ou de présence du bénévolat traditionnel. Le principe reste simple, il suffit aux futurs bénévoles de remplir un formulaire en ligne sur leurs centres d’intérêts et compétences (traduction, développement web, connaissances juridiques, etc.).  Parallèlement à la plateforme des Nations-Unies, plus de 600 organisations sont enregistrées sur betobe.org qui offre des services similaires. Aucune présence physique n’est requise, les bénévoles gèrent eux-mêmes leur temps en fonction de leurs disponibilités et des termes de leur engagement auprès de l’organisation. Le bénévolat en ligne ne vient pas se substituer au bénévolat de proximité. De nature complémentaire, il permet surtout à des personnes qui ne pouvaient pas s’engager, pour des raisons personnelles ou professionnelles, de participer activement au mouvement solidaire!

… Un Mot sur ÉcoHack Montréal !

Lieu de rencontre, plateforme d’échange et de collaboration mêlant nouvelles technologies, créativité citoyenne et activisme social, le premier Écohack de Montréal s’est tenu le 19 octobre 2013 avec pour mission de proposer des solutions concrètes et de répondre aux enjeux de la durabilité urbaine. L’organisation d’un ÉcoHack à Montréal répond à un désir sous-jacent de transformation de la ville et de réappropriation de l’espace par les citoyens. Les villes et espaces urbains sont aujourd’hui confrontés à des défis majeurs tels que la sécurité alimentaire, l’agriculture urbaine, l’accès à des services de proximité, la mobilité durable et l’accès aux transports collectifs, la construction de logements écologiques et accessibles pour tous, etc.

La première édition 2013 d’Écohack MTL a rassemblé plus d’une centaine de militants du développement durable, de développeurs d’applications web et mobile et des activistes engagés autour de plus de 10 projets. Le 1er prix du public a été remporté par Sullu, une application conçue pour mettre en relation des particuliers et leur permettre de louer des biens. Le second prix du public a été attribué au projet Activez Montréal développé avec l’équipe de Nurun, qui permet aux citoyens de rapporter à la fois les bons côtés et les besoins de Montréal, et le prix des participants a été attribué à Fleuve Ouvert, projet qui consiste à identifier les plages accessibles à la population.

Suite à cette liste – non-exhaustive – des nouvelles pratiques de la solidarité, vous pouvez désormais continuer de cliquer tout en étant solidaire, aujourd’hui dans le cadre de cette journée internationale mais aussi un peu chaque jour.

Si vous avez d’autres idées et suggestions à partager concernant le web solidaire, n’hésitez pas à nous contacter à zebresolidaire  [à]  projektae.com

Je vous souhaite d’excellente fêtes de fin d’année ! Et à l’année prochaine !

Julie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s